ENERGIESPRONG FRANCE : QUELS OBJECTIFS POUR 2017 ? – Interview

La démarche EnergieSprong a été lancée en France en Mars 2016 par Greenflex, une entreprise indépendante qui aide les organisations à se transformer pour répondre aux nouveaux enjeux environnementaux et sociétaux.  Greenflex a constitué une équipe de 7 personnes dont le travail est d’adapter l’approche EnergieSprong déployée aux Pays-Bas, au contexte économique et réglementaire français. Ce projet est financé par l’Union Européenne, dans le cadre des programmes Horizon2020 et Interreg North West Europe ainsi que par l’Ademe et la Caisse des Dépôts. En 2016, 20 bailleurs sociaux ont manifesté leur intérêt pour le projet et de nombreux fournisseurs de solutions et facilitateurs ont participé aux ateliers de travail et comités de suivi. 3 bailleurs ont d’ores et déjà lancé des projets pilotes – Vilogia, ICF Habitat et Néotoa.

Les enjeux du projet en France

Pour Sébastien Delpont, coordinateur du programme EnergieSprong France et Déborah Knight, responsable communication et gestion des relations locataires, le déploiement de la démarche en France soulève plusieurs problématiques. Ainsi, « l’équipe française travaille avec les différents acteurs de la filière sur 5 enjeux majeurs : le modèle économique et l’analyse du parc de logement social, le schéma énergétique, le mode de contractualisation, l’amélioration des solutions techniques proposées, et la gestion des locataires”.

Modèle économique et analyse de patrimoine : enclencher une dynamique

« L’an passé, nous avons élaboré le modèle financier d’EnergieSprong France et créé un outil de modélisation en coût global pour aider les bailleurs sociaux à sélectionner les sites démonstrateurs pertinents pour la démarche. Cette année nous allons nous concentrer sur l’identification des logements éligibles aux rénovations EnergieSprong et sur la définition des éléments qui conditionnent le passage à l’acte des bailleurs. » L’objectif est de co-rédiger avec les différents acteurs une charte d’engagement conditionnelle qui formalisera l’engagement des bailleurs et des fournisseurs de solutions à entreprendre la rénovation d’un nombre de maison fixé et soulignera les barrières potentielles à lever.

Créer un bouclier énergétique pour les locataires

« Nous sommes en cours de réflexion sur le format du schéma énergétique associé au projet. Qui paiera quoi à qui ? Notre objectif est de financer une partie de l’investissement de rénovation par une contribution inférieure ou égale aux factures d’énergie et de maintenance avant rénovation, dans le cadre de ces travaux bénéficiant d’une garantie de performance énergétique. Ainsi, les locataires bénéficieront d’un logement plus confortable, pour un niveau de charge inchangé ou plus faible, préservant leur budget avec de plus un bouclier énergétique, les protégeant face à la hausse probable des coûts de l’énergie dans les années à venir. Actuellement, le cadre réglementaire existant ne permet pas de mettre en œuvre ce principe de manière simple. Des projets pilotes nous permettront de tester différents dispositifs et d’identifier la meilleure façon de procéder ».

Contractualisation : mettre en œuvre la garantie de performance énergétique

« Le troisième point d’attention concerne la contractualisation » selon Sébastien Delpont. « Notre principal enjeu est de trouver le moyen le plus adapté d’intégrer une garantie de performance long-terme dans les contrats, sans que cela ne pénalise certains types d’entreprises ».

Solutions techniques : identifier et partager les bonnes pratiques

« Nous souhaitons aider les acteurs du monde des solutions à apprendre et à améliorer leurs offres. Des ateliers de travail réunissant des acteurs du secteur sont organisés pour échanger sur les problématiques rencontrées et définir une feuille de route technologique. Des visites régulières aux Pays-Bas nous permettent de capitaliser sur les retours d’expérience de nos homologues hollandais. »

Gestion des relations locataires : accompagner dans le temps les occupants des logements

C’est à ce moment que Déborah Knight entre en scène ! « Mon rôle est de travailler avec les bailleurs sociaux sur la question de la gestion de leur relation avec les locataires, à chaque étape de la rénovation du logement. Nous travaillons ensemble pour définir un discours clair permettant d’expliquer l’objectif et les bénéfices du projet, mais aussi sur la manière d’impliquer les locataires dans le projet pour qu’ils en soient acteurs, que ce projet leur plaise et qu’ils en tirent le meilleur ». Déborah Knight poursuit en précisant qu’un travail sera mené pour limiter au maximum la gêne occasionnée par les travaux, et pour accompagner au mieux les occupants après la rénovation de leur logement, pour qu’ils s’y sentent bien et parviennent à maîtriser leurs consommations d’énergie. Pour relever ces défis, des partages de bonnes pratiques seront organisés entre les bailleurs néerlandais et les bailleurs français.

 

Si vous souhaitez rejoindre la démarche EnergieSprong France, lancer ou participer à un projet démonstrateur, ou avoir plus d’informations, contactez l’équipe :

Sébastien Delpont – Directeur; sdelpont@greenflex.com

Pierre Levi – Modèle économique, forfait énergie et relation bailleurs sociaux ; plevi@greenflex.com

Hugo Vigneron – Contractualisation,  solutions techniques et relation fournisseurs de solutions ; hvigneron@greenflex.com

Déborah Knight – Communication et gestion des relations locataires ; dknight@greenflex.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :